Ma pratique gravite principalement autour de la question de la représentation, du temps nécessaire à sa construction et à sa lecture. J’utilise spécifiquement la peinture, le dessin et la vidéo lors de mes recherches, puisant dans mon propre corps et dans mon milieu immédiat les formes constituantes de mes travaux. Les images de références issues de mon environnement sont le prétexte pour mettre en place des protocoles qui révèlent l’expérience du travail et sa durée dans le temps. En appliquant un procédé de traçage, d’accumulation et de déformation d’images, je tiens à révéler la dynamique qui s’installe au cœur de la relation entre l’artiste et l’œuvre en cours de production. La ligne devient le parcours de l’œil, celui de l’artiste et du spectateur confondu, elle matérialise le chemin, celui nécessaire pour reconstruire le trajet parcouru par la main. Dans mon travail, il y a la volonté de voir au final la forme apparaître dans le désir de la montrer sans en expliquer les étapes de construction. Ce désir est retrouvé dans la lecture de l’œuvre lorsque celle-ci est terminée et met le spectateur devant le fait accompli de la forme, de l’idée, de la pensée. Mon travail se représente comme des ensembles de lignes et de formes inextricables, dans le sens où ces œuvres ne possèdent pas de similitudes évidentes à la réalité. Je place le spectateur face à l’obligation de contempler des formes pour elles-mêmes, en dehors d’une recherche de figuration. L’image constamment en fuite devant le regard renouvèle son rapport au spectateur dans le temps imparti dans sa réception. Mes travaux sont donc des formes dérivées du réel qui rendent possible une lecture sans cesse renouvelée du dessin et de la peinture. Je ne veux pas produire une image voilée, mais bien créer des oeuvres capables de générer un sentiment de tension dans la lecture d’une image insaisissable.

My artistic technique mainly revolves around the question of representation, the time needed for its development and its rendering. I specifically use painting, drawing and video during my research, developing the basic forms of my artistic work from my own body and my immediate environment. Images coming from my environment are a catalyst to implement protocols that reveal the experience of work and its duration in time. By applying a process of image tracing, accumulation and deformation, I reveal dynamics that develop at the core of the relationship between the artist and the work being produced. The line becomes the movement of the eye, the artist’s eye as well as the viewer’s eye; it embodies the path that was followed by the artist’s hand and helps in reconstructing it. In my work, there is the desire to see the final shape appear and reveal itself without having to explain the stages of development. This desire is still present within the completed work, when the viewer is confronted with a ‘fait accompli’ in all its forms, ideas and thoughts. My work projects itself as a set of tangled lines and shapes with no obvious similarities to reality. I put the viewer in a situation where he/she cannot help but observe forms for what they are, far from simply a figurative representation. The constantly fleeting image recreates a rapport with the viewer at the very moment it occurs. My works are in fact an ensemble of forms and shapes that have been derived from reality and that allow a constant renewed reading of my drawings and paintings. Instead of producing a veiled image, I create works capable of generating a feeling of tension in the interpretation of an elusive image.